Commentaires sur Solitude

    on dirait un gros foetus. Comment mister Freud interpréterait-il ce dessin... ?

    Posté par yobi, 24 novembre 2008 à 10:14 | | Répondre
  • Méééé... Jamais vu un foetus tout habillé, moi ! ^^
    A part ça, je ne sais pas si Freud interprétait les dessins.. Ah si, je crois qu'il a fait des analyses sur Léonard de Vinci, par exemple... Euh ... non, je ne me compare pas à Léonard de Vinci...
    Bon, cela dit, je me pose toujours des questions sur la possibilité qu'a la psychanalyse d'interpréter une oeuvre d'art... L'analyse de dessins d'enfants est passionnante dans la mesure où il y a beaucoup de phénomènes inconscients qui y affleurent sans que l'enfant en soit vraiment conscient. Mais l'analyse de l'oeuvre d'art par la psychanalyse me gêne un peu parce que l'oeuvre, en général, est travaillée et retravaillée, de telle sorte que les premiers mouvements, ceux qui sont les plus instinctifs, peuvent être analysés et corrigés par l'artiste lui-même. C'est en tout cas ce qu'on voit quand on observe certains manuscrits d'écrivains.

    Posté par Plume de Pan, 24 novembre 2008 à 11:59 | | Répondre
  • C'est ce phénomène de "retouche" qui serait intéressant à analyser en fait. Les premiers mouvements seraient l'expression sans fard de l'inconscient. Ensuite les retouches interviendraient comme le refoulement auquel on est tous soumis... En comparant la production instinctive à la production finie, on pourrait alors analyser ce qui est de l'ordre de l'"inavouable", du désir inconscient premier, et ainsi des limites que s'"impose" l'artiste quel qu'il soit...

    Voilà ce que j'ai vu de prime abord dans ton dessin: le pavillon d'une oreille dans lequel tu t'es glissée. Tu entends au loin les bruits sourds qui t'entourent (un peu comme un enfant au milieu des bruits qui est assoupi, la tête posée sur le buste de sa mère)Il est là, sans être vraiment là...

    Posté par Badineuse, 24 novembre 2008 à 13:12 | | Répondre
  • > Badineuse : Ce que tu dis est juste : il est toujours très intéressant de voir ce que l'auteur a voulu effacer de son texte. Je me demande juste si on peut tirer de façon certaine des conclusions sur les raisons pour lesquelles il a voulu supprimer des éléments de son oeuvre. Les limites que tu évoques ne sont pas nécessairement internes. Si, par exemple, un auteur lisse son texte et supprime les allusions érotiques qui y étaient présentes, est-ce vraiment parce que cela le dérangeait de voir affleurer dans son texte des pulsions intimes ? Ne peut-il pas les supprimer pour d'autres raisons ? Par exemple pour satisfaire l'horizon d'attente d'un public pudibond ou pour que son texte soit plus cohérent ou, pourquoi pas, pour ne pas encourir les foudres de la censure ? Je trouve qu'il est difficile d'analyser de façon psychanalytique un objet d'art sans avoir le point de vue de son auteur. De même, par exemple, qu'un rêve en soi ne peut pas vraiment être analysé. Il faut analyser ce qu'a ressenti le rêveur et voir à quoi il associe les éléments du rêve pour que cela ait vraiment un sens.
    En tout cas, je crois qu'on ne peut vraiment rester que dans le domaine des hypothèses lorsqu'on cherche à deviner les motifs inconscients d'un artiste ...
    Merci pour la description que tu fais de mon dessin. J'avoue que je n'avais pas pensé au pavillon de l'oreille (ou alors, c'était inconscient ^^), mais je voulais effectivement donner cette impression de présence-absence..
    C'est vraiment intéressant de voir ce que chacun met dans un dessin !

    Posté par Plume de Pan, 24 novembre 2008 à 13:52 | | Répondre
  • Je ne l'ai pas précisé mais il est bien entendu que ce genre d'analyse ne peut se faire sans son auteur. De même comme tu le dis, il est évident qu'on ne lit pas dans un rêve comme on ouvre un dictionnaire. Je suis moi-même parfois effarée par certaines grilles de lecture cloisonnées dans l'analyse d'objets de création. Ce que Freud en effet ne s'est jamais fourvoyé à faire dans son interprétation de De Vinci ou des statuettes égyptiennes qu'il affectionnait.

    Posté par Badineuse, 24 novembre 2008 à 14:36 | | Répondre
  • Ah bah la solitude, ça c'est un peu un passage obligé chaud à gérer...
    Analyser les œuvres pourquoi pas ? Mais en même temps, on les analyse avec notre propre regard... et notre propre subjectivité !
    Alors on analyse qui, l'auteur de l'œuvre, ou sa façon de la percevoir ?

    Posté par DaftPoon, 28 novembre 2008 à 12:31 | | Répondre
  • > Badineuse : tout à fait d'accord avec toi au sujet des grilles de lectures qui permettraient soit-disant de donner la clé pour interpréter ses propres rêves.
    D'ailleurs, on peut dire à ce sujet que Freud n'a pas, pour le coup, complètement évité l'écueil... L'analyse de ses rêves ou des rêves de ses patients est très intéressante, mais quand il commence à faire des listes de symboles (genre un chapeau de femme représente le sexe féminin, etc), je deviens un peu plus sceptique... Je trouve qu'il y a quelque chose de beaucoup trop systématique là-dedans.

    > Daftpoon : Tu as raison. Le plus intéressant, à mon avis, quand on observe une oeuvre d'art, ce n'est pas d'essayer de réfléchir à ce que pouvait ressentir l'auteur. C'est d'essayer de comprendre ce que cette oeuvre provoque en nous.

    Posté par Plume de Pan, 28 novembre 2008 à 13:58 | | Répondre
Nouveau commentaire